Accueil

Célestin Freinet, fondateur d'une pédagogie moderne

L'homme

le 15 octobre 1896 dans une famille modeste à Gars (Alpes-Maritimes), il est admis à l’École Normale d’Instituteurs de Nice en 1912 ; il en sort pour être mobilisé en 1915. Jeune officier, il est grièvement blessé au poumon par balle en octobre 1917 au Chemin des Dames.  Après une longue convalescence, il est nommé au Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes) en janvier 1920, il y restera pendant 8 ans. En 1926 il participe largement à la fondation de la Coopérative de l'Enseignement Laïc (C.E.L.), outil de production et diffusion des idées, outils et techniques que lui et ses adeptes, de plus en plus nombreux, expérimentent dans leurs classes (l'imprimerie à l'école, la correspondance interscolaire, la gestion coopérative de la classe, l'expression libre etc.).
Nommé ensuite à Saint-Paul de Vence, il devra y affronter les fortes critiques, voire plus, des notables locaux et de la hiérarchie académique. Un film de Jean-Paul Le Chanois (L'école buissonnière, 1949, Bernard Blier incarne Freinet) donne une image assez fidèle de cet épisode, qui s'inscrit aussi dans le contexte politique violent des années 33-36. Victime d'ignobles attaques de l'extrême-droite (Maurras) qui lui reproche, entre autres, son appartenance au Parti Communiste, mais qui voit surtout dans cette pédagogie nouvelle une menace pour l'ordre établi, objet de harcèlement administratif, il quitte l'Instruction Publique et fonde en 1935, avec son épouse Elise, une école privée "prolétarienne" avec internat à Vence. De nombreux enfants de réfugiés espagnols fuyant la guerre civile y seront accueillis. Fermée et saccagée pendant la guerre de 1939-1945, cette école rouvrira à la Libération, et le Mouvement Freinet deviendra Institut Coopératif de l'Ecole Moderne (ICEM), dont le siège, à Cannes, est étroitement lié à la C.E.L. Des stages d'enseignants désireux de se lancer dans ces méthodes nouvelles y seront organisés et auront beaucoup de succès.
En 1948, après 22 ans d'un engagement "vigilant", il rompt, ainsi que son épouse Elise, avec le Parti Communiste, dont les staliniens dominants à l'époque voient d'un mauvais œil leurs orientations pédagogiques émancipatrices.

Célestin Freinet disparaît en 1966.

Les orientations et pratiques pédagogiques ("Techniques Freinet")

  • Un travail créateur, facteur d’épanouissement personnel, associé au travail autonome, respectant les rythmes et capacités de chacun.
  • Des centres d’intérêt où chacun pourra faire valoir ses besoins et ses désirs.
  • Des situations d’apprentissages authentiques portées par la coopération, le respect mutuel, la solidarité et la confiance permettant :
    • l’expression libre
    • le travail personnalisé (fichiers auto-correctifs, travail planifié, évaluation formatrice « brevets »)
    • la recherche, la méthode naturelle d’apprentissage, le tâtonnement expérimental.
    • le conseil coopératif de classe ou/et d’école pour élaborer les projets, les règles de vie et réguler les conflits.
    • la communication : entretiens, débats, conférences, journal, correspondances.
    • la découverte du monde : avec des visites, des voyages-échanges, des classes de découvertes, l’accueil de personnes ressources…
    • la libre circulation au sein de la classe et de l’école dans le respect des règles de vie communes.

Informations extraites du site de l'ICEM :
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/celestin-freinet-et-son-mouvement
à consulter pour plus de détails.


Freinet et sa classe à St Paul de Vence en 1933


Mise à jour 09/07/2012
La Maison d'Ecole, Rue des Ecoles, Pouilly le Fort, 77240 Vert-Saint-Denis
Tél. : +33 1 64 52 52 72