Accueil

Le Certificat d'Etudes Primaires

 

Evolution des épreuves du Certificat d'Etudes

depuis les origines

 

Juillet 1867.

 

Extrait d’un arrêté de l’inspecteur d’académie de Seine-et-Marne, sur le certificat d’études,

 [……..]

Art. 10 - Les candidats des écoles devront être âgés de 13 ans au moins [1]. Aucune condition d’âge n’est imposée aux élèves des cours d’adultes.

 

Titre III.

De l’examen.

 

Art. 11 – L’examen portera sur l’histoire sainte, la lecture, l’écriture, la langue française, le calcul et le système métrique. Néanmoins, sur leur demande préalable au moment de l’inscription, les candidats pourront être interrogés aussi sur les autres matières de l’enseignement primaire et mention sera faite sur le certificat de celles des épreuves qui auront été subies avec succès.

 

Art. 12 – L’examen se divise en épreuves écrites et en épreuves orales. Celui des aspirantes comprendra en outre les travaux à l’aiguille.

 

Art. 13 – Les épreuves écrites sont au nombre de quatre, savoir :

1° Ecriture. La dictée servira à apprécier cette épreuve ;

2° Orthographe. Une dictée d’une page environ, prise dans un auteur classique. Le texte, lu d’abord à haute voix, est ensuite dicté lentement, puis relu. Dix minutes sont accordées aux aspirants pour corriger leur travail ;

3° Style. Une lettre sur un sujet familier ou un récit de l’histoire sainte ;

4° Calcul. La solution raisonnée d’un ou de plusieurs problèmes d’arithmétique comprenant l’application des quatre règles, des nombres entiers et des nombres décimaux.

Une heure sera accordée aux candidats pour chacune des deux dernières épreuves.

Toute communication entre les aspirants pendant les épreuves est interdite sous peine d’exclusion.

 

Art. 14 – Les épreuves orales porteront sur la lecture, l’histoire sainte, la grammaire française, le calcul au tableau et le système métrique. Chacune de ces épreuves durera au moins dix minutes.

 

Art. 15 – L’épreuve de lecture (imprimés et manuscrits) devra constater non seulement que le candidat lit avec facilité, mais encore qu’il a un ton naturel, une prononciation correcte, et qu’il se rend compte du sens de sa lecture.

 

Art. 16 – L’examen sur l’histoire sainte embrassera les principaux faits de l’ancien et du nouveau Testament.

 

Art. 17 – L’examen de grammaire aura pour objet de s’assurer que le candidat distingue les différentes espèces de mots, qu’il en comprend le sens et en connaît les rapports.

 

Art. 18 – L’examen de calcul au tableau devra montrer que le candidat connaît la numération des nombres entiers et des nombres décimaux ; qu’il comprend et sait appliquer les quatre opérations ; qu’il est familiarisé avec la pratique du système métrique.

 

Art. 19 – Les épreuves des travaux à l’aiguille, pour les aspirantes, ne consisteront qu’en couture usuelle, piqûre, tricot, remaillage, marque, reprise, boutonnière, bride et œillet.

 

Art. 20 – Les parties de l’enseignement facultatif seront toutes traitées par écrit à l’exception du chant, qui sera l’objet de questions orales.

Les candidats déjà pourvus d’un certificat d’études et qui ont fait la déclaration prescrite par l’article 11 sont admis de droit, et sans retour sur les examens précédents, aux épreuves concernant l’enseignement facultatif.

 

Titre IV.

Du jugement des épreuves.

 

Art. 21 – La commission exprime la valeur de chacune des épreuves écrites et orales au moyen de l’échelle d’appréciation suivante :

10 et 9 : très bien                   4 et 3 : médiocre

8 et 7 : bien                   2 et 1 : mal

6 et 5 passable                   0 : nul

 

Art. 22 – Pour la dictée, le nombre de fautes d’orthographe ne devra pas dépasser 10, non compris celles de la ponctuation [2]. Au-dessus de ce chiffre, l’épreuve est annulée.

Art. 23 – Pour obtenir le certificat d’études primaires, le candidat devra réunir une somme de points donnant en moyenne 5 pour chaque épreuve. La nullité d’une épreuve est un cas absolu d’exclusion.

 

[……..]

Présenté par l’Inspecteur d’Académie soussigné,

Melun, le 10 juillet 1867

H. Hautome

Approuvé,

Paris, le 18 juillet 1867,

Le Vice-Recteur,

A. Mourier

Vu et approuvé,

Le Préfet de Seine-et-Marne,

Vte de Vesins.

----------------------

Arrêté du 31 juillet 1897

Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts

modifiant les articles 256, 257, 259 et 260 de l’arrêté du 18 janvier 1887, complété par l’arrêté du 24 juillet 1888, relatifs au certificat d’études primaires.

 

Le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts,

Vu la loi du 30 octobre 1886 ;

Vu le décret et l’arrêté du 18 janvier 1887 ;

Le conseil supérieur de l’Instruction publique entendu,

Arrête :

Article unique. Les articles 256, 257, 259 et 260 de l’arrêté du 18 janvier 1887 sont modifiés ainsi qu’il suit :

Art. 256 – Les épreuves de l’examen sont de deux sortes : les épreuves écrites et les épreuves orales.

Les épreuves écrites ont lieu à huis clos sous la surveillance des membres de la commission. Elles comprennent :

1° une dictée d’orthographe de 15 lignes au plus ; le point final de chaque phrase est indiqué.

La dictée peut servir d’épreuve d’écriture courante ;

2° deux questions d’arithmétique portant sur les applications du calcul et du système métrique avec solution raisonnée ;

3° une rédaction d’un genre simple portant, suivant un choix à faire par l’inspecteur d’académie, sur l’un des trois ordres de sujets ci-dessous :

a) instruction morale ou civique,

b) l’histoire et la géographie,

c) notions élémentaires des sciences avec leurs applications.

Il est ajouté :

1° pour les garçons, une quatrième épreuve écrite, comptant seulement pour l’admission définitive et comprenant, pour les écoles rurales, une ou plusieurs questions choisies dans le programme d’agriculture du cours moyen, et pour les écoles urbaines, un exercice très simple de dessin linéaire ou d’ornement tiré du programme du cours moyen ;

2° pour les jeunes filles, un travail de couture usuelle sous la surveillance d’une dame désignée à cet effet.

Les textes et les sujets de composition, choisis par l’inspecteur d’académie, sont remis à l’ouverture des épreuves, sous pli cacheté, au président de la commission.

Les compositions portent en tête et sous pli fermé les noms et prénoms des candidats, avec l’adresse de leur famille. Ce pli n’est ouvert qu’après achèvement de la correction des copies et l’inscription des notes données pour chacune d’elles.

Les candidats pourront présenter à la commission, à titre de renseignement, un cahier de devoirs mensuels ou, à défaut, un cahier de devoirs courants.

 

Art. 257 – Le temps accordé pour chaque épreuve et le chiffre servant à en apprécier le mérite sont ainsi déterminés :

 

Nature des épreuves

Temps donné pour les épreuves

Chiffre maximum d’appréciation

1e série

Orthographe

 

10

 

Ecriture

 

10

 

Calcul

1 heure

10

 

Rédaction

1 heure

10

 

Couture

1 heure

10

2e série

Agriculture ou dessin (obligatoire pour les garçons)

1 heure

10

 

Lecture et récitation

 

10

 

Histoire et géographie

 

10

 

La nullité d’une épreuve entraîne l’élimination.

Les compositions sont corrigées séance tenante par les membres de la commission.

L’indication de la note est portée en tête de chaque copie et sur un tableau dressé à cet effet.

Ne sont admis aux épreuves orales que les candidats qui ont obtenu au moins la moyenne des points pour la première série d’épreuves, soit 20 pour les garçons et 25 pour les filles.

L’épreuve d’agriculture ou de dessin sera assimilée aux épreuves orales, avec lesquelles elle comptera pour l’admission définitive.

 

Art. 259 – Les points obtenus pour les épreuves orales sont ajoutés aux points obtenus pour les épreuves écrites.

Nul n’est définitivement déclaré apte à recevoir le certificat d’études s’il n’a obtenu la moitié au moins du total maximum des points accordés pour les deux séries d’épreuves, soit 35 points pour les garçons et pour les filles.

 

Art. 260 – Outre les matières ci-dessus énoncées, l’examen peut comprendre, pour les filles, un exercice de dessin linéaire ou d’ornement. Cette épreuve facultative peut également être subie, sur leur demande, par les élèves des écoles rurales de garçons, pour lesquels l’épreuve d’agriculture est seule obligatoire.

Il est fait mention, sur le certificat, de ces matières facultatives pour lesquelles le candidat a obtenu la note 5.

  1. Rambaud

 

(Textes recueillis aux Archives départementales de Seine-et-Marne par Isabelle Voltaire, 2002)

 



[1] NDLR : Cette limite sera abaissée ensuite à 12, puis 11 ans.

[2]  Ce nombre sera ensuite abaissé à 5, par arrêté ministériel du 16-01-1880.


Cette page est loin d'être terminée. Toute contribution sera bienvenue !

 

Retour à la page principale du Certificat d'Etudes




Mise à jour : 26/09/2002
La Maison d'Ecole, Rue des Ecoles, Pouilly le Fort, 77240 Vert-Saint-Denis
Tél. : +33 1 64 52 52 72